AccueilLes celtes> Le saviez-vous ?

La différence entre Celtes et Gaulois?

Le nom de “Celtes” serait écrit pour la première fois chez les auteurs grecs qui, plus tard, utilisent aussi celui de “Galates”.

Quant aux Romains, ils nomment ces populations “les Gaulois”. Ce terme a donné son nom à un territoire déterminé, délimité par l’océan Atlantique, les Cévennes et le Rhin : la “Gaule”.

Celtes, Galates et Gaulois font donc partie de la même civilisation celte.

Les Celtes “souffrent” toujours de stéréotypes

En voici quelques exemples parmi tant d’autres…

Loin du niveau de vie des Romains et des Grecs

“Les Celtes, sales, sauvages, ignorants, querelleurs, piètres guerriers, braillards et indisciplinés”.

On a longtemps méprisé les Celtes qui n’ont pas produit et laissé de grands bâtiments en pierre, ni d’alphabet propre, ni d’Empire unifié.

Depuis l’Antiquité jusqu’aux Temps Modernes, les civilisations méditerranéennes (Égypte ,Grèce, Rome) sont considérées comme des modèles et toutes les autres ont été qualifiées de “barbares”. Les sources écrites, de la Renaissance aux Temps Modernes, ont souvent amplifié ou mal interprété, l’image peu flatteuse qu’en faisaient les auteurs grecs et romains antiques parfois partiaux et mal informés.

Ce mépris s’appuyait en grande partie sur l’ignorance : il est en effet difficile d’étudier la culture celte, dont le savoir se base sur la transmission orale et non sur l’écrit et dont les constructions de bois et de terre ont laissé peu de traces.
Il suffit pourtant d’observer les pièces qu’ils nous ont laissées, pour se convaincre du contraire. L’exemple de cette phalère en bronze ajouré, dessinée au compas, laisse entrevoir un monde bien plus complexe et plus intéressant.

Dressant des menhirs

Certes, les mégalithes étaient bien présents au temps des Celtes, mais ceux-ci n’en sont pas les bâtisseurs.

C’est Strabon, géographe grec antique, qui nota la présence, dans les forêts gauloises, de “grandes pierres” et de “monuments druidiques”. C’est ainsi que, dès l’Antiquité, on a associé les mégalithes néolithiques (les “menhirs” et les “dolmens”, datant de 6000 à 2000 av. J.-C.) aux rites celtiques qui, en réalité leur sont, pourtant, postérieurs de plusieurs siècles.

Cet amalgame persiste probablement encore aujourd’hui du fait que l’on observe des dolmens et menhirs essentiellement en Bretagne et en Angleterre ; pays que l’on associe volontiers aux Celtes.

Du sanglier au menu

Les Celtes sont, avant tout, des agriculteurs-éleveurs. Ils élevaient déjà les mêmes animaux qu’à notre époque : vaches, porcs, chèvres, moutons, chevaux, volailles et chiens. La chasse n’est donc qu’un appoint, voire un sport, et le gibier figure rarement au menu gaulois, n’en déplaise à Obélix ! Par contre, le sanglier occupe une place importante dans l’imaginaire celte. Il y symbolise la force et la combativité.

L’héritage qu’ils nous ont laissé

Leur héritage se retrouve encore aujourd’hui dans divers aspects de notre vie quotidienne, par exemple :

Dans la langue française…

avec des mots courants tels que “chemin”, “char”, “mouton”, “ardoise”, “alouette”, etc., et de nombreux noms de plantes et d’animaux.

Dans la toponymie et l’hydronymie, c’est-à-dire les noms de lieux et de rivières…

ainsi, par exemple, Trèves, Paris, Reims, Milan, Tongres doivent leur nom à la langue celtique, mais aussi un nombre insoupçonné de lieux-dits de nos villages.

Dans des réalisations techniques…

telles que le tonneau, le savon, le tamis, le matelas, le manteau à capuchon. Les Celtes sont aussi à l’origine de la diffusion et de l’application des nouvelles techniques et outils liés à la sidérurgie dans nos régions. C’est, d’ailleurs, pour cette raison que cette période a été nommée “âge du Fer”. De nombreux objets en fer que nous utilisons encore couramment nous viennent de cette époque.

Dans les mythes et légendes…

dont celles d’Arthur et ses chevaliers de la Table Ronde, Merlin, Mélusine, Tristan et Yseult.

Dans les fêtes de la Toussaint, du Jour des Morts et d’Halloween…

les deux premières sont le résultat de la christianisation de la fête celtique de Samain, ou Samonios, dont Halloween est la transposition tardive et américanisée.

Dans l’art européen…

les motifs celtiques, réels, stylisés ou imaginaires, notamment les entrelacs, ont influencé durablement les artistes, du Moyen-Âge jusqu’à nos jours.

Le bronze

Le bronze à l’état neuf à la couleur de l’or. Par contre en vieillissant il prend des teintes turquoise. Le torque de notre logo est d’ailleurs de couleur turquoise pour rappeler la couleur de nos objets en bronze exposés en vitrine. 

Le coq gaulois

Par une belle ironie de l’histoire, c’est un jeu de mot en latin qui associe cet animal aux peuples celtes. “Gallus”, en effet, signifie en latin aussi bien “coq” que “gaulois”.

 

 

Le savon

Les Celtes étaient des experts en savon. Dans la nature, il y a tous les éléments pour créer des produits d’hygiène. Par exemple, en faisant bouillir du lierre, on en libère un élément qui est à la base du savon : la saponine. Cette eau de lierre est excellente pour nettoyer le linge ! 

La teinture

Saviez-vous que les Celtes étaient des experts en teinture végétale ? D’ailleurs, les Romains écrivaient que les Celtes portaient des vêtements très colorés. Et si vous expérimentiez vous-même les teintures végétales? Faites bouillir de la laine avec des pelures d’oignon et elle deviendra jaune. Si vous utilisez le brou des noix, elle deviendra brune. Avec le chou rouge, vous obtiendrez……. une laine bleue !